Croître malgré les sanctions, quel développement économique pour la Corée du Nord ?

Jeudi 08 décembre 2016

Petit déj éco avec le Dr. Antoine Bondaz

Notre Club exclusif rassemble pour ses Petits déjeuners éco des spécialistes et des dirigeants d’entreprises pour aborder sous un
angle business les développements économiques , financiers et stratégiques de la région Asie- Pacifique.

Imprimer la page

Facebook Twitter Delicious Linked in

Face à l’accélération du programme nucléaire et balistique nord-coréen, les sanctions internationales, tant multilatérales qu’unilatérales, se renforcent et sont progressivement élargies. La résolution 2276 du Conseil de Sécurité des Nations Unies vise pour la première fois une partie des exportations nord-coréennes de matières premières et la dernière résolution du Conseil de droit de l’homme, du 15 novembre dernier, fait mention, également pour la première fois, du travail forcé de ressortissants nord-coréens à l’étranger, devenu une
des sources de devises du régime nord-coréen.
Et pourtant, la Corée du Nord connait une croissance économique limitée mais réelle, et un développement encore plus soutenu de sa capitale, Pyongyang. Depuis l’arrivée au pouvoir de Kim Jong-un, la ligne Byungjin, visant le développement simultané des capacités nucléaires et économiques a conduit le régime a mener plusieurs réformes économiques dont une libéralisation très partielle du secteur agricole, la création de nombreuses zones économiques spéciales et un accent accru mis sur le tourisme. Si les ambitions semblent démesurées, on note cependant quelques réussites.
Il convient dès lors d’analyser la résilience du régime nord-coréen et sa capacité, malgré les sanctions et un environnement international défavorable, à maintenir un certaine croissance économique, tournant bel et bien la page de la violente crise économique des années 1990.

 

Antoine Bondaz est chargé de recherche à la FRS depuis novembre 2016 et docteur associé au CERI/Sciences Po. Ses recherches portent principalement sur la politique étrangère et de sécurité de la Chine et des deux Corées, et la théorie des relations internationales.
Antoine Bondaz est docteur en sciences politiques de Sciences Po et a rédigé une thèse intitulée « De l’insécurité à la stabilité : la politique coréenne de la Chine de 2009 à 2014 ». Il a mené ses recherches en Chine (Tsinghua University), en Corée du Sud (Korea University) et en Corée du Nord (Institute of Disarmament and Peace). Antoine Bondaz est chercheur associé à Asia Centre au sein duquel il participe à l’Observatoire sur la Chine de la DGRIS, a coordonné la revue Korea Analysis et a régulièrement écrit pour la revue China Analysis.

La table-ronde se tiendra en français, animée par Jean-François Di Meglio (Asia Centre)

Inscription - information : h.poras@centreasia.eu

GoRSS

S'inscrire à la Newsletter

S'inscrire
ESPACE utilisateur
Asia centre

Asia Centre Fondé en août 2005 par François Godement et une équipe de chercheurs et experts de l’Asie contemporaine, Asia Centre a pour objectif de conduire des recherches sur l’Asie contemporaine, d'organiser des débats et de valoriser, par des publications, les résultats de ces recherches et rencontres.