Inde : le gouvernement assume une démonétisation risquée

Mercredi 01 février 2017

Entretien du Pr. Jean-Luc Racine sur Radio Vatican

A écouter ici

Imprimer la page

Facebook Twitter Delicious Linked in

Des gestes envers les populations rurales et les petits contribuables ont été annoncés par le gouvernement indien lors de la présentation, ce mercredi 1er février, du budget annuel. Des mesures pour tenter de compenser les effets de la démonétisation voulue par le Premier ministre.

Le 8 novembre dernier, Narendra Modi a pris tout le monde par surprise en annonçant que les billets de 500 et 1000 roupies, soit près de 86% de l'argent en circulation, ne seraient plus utilisables. Une mesure radicale, destinée à lutter contre l'évasion fiscale et la corruption mais qui a eu pour effet d'entraîner un ralentissement de la consommation dû à la pénurie d'argent liquide et une perturbation des chaînes d'approvisionnement.

L'Inde a annoncé une prévision de croissance ralentie pour l'année fiscale en cours (7,1% contre 7,6% en 2015-16), une estimation qui pourrait encore être revue à la baisse une fois intégrées les conséquences sur l'économie locale de la démonétisation. Jean-Luc Racine, interrogé par Hélène Destombes, revient sur les conséquences économiques de la démonétisation et sur ses effets pour la population.

GoRSS

S'inscrire à la Newsletter

S'inscrire
ESPACE utilisateur
Asia centre

Asia Centre Fondé en août 2005 par François Godement et une équipe de chercheurs et experts de l’Asie contemporaine, Asia Centre a pour objectif de conduire des recherches sur l’Asie contemporaine, d'organiser des débats et de valoriser, par des publications, les résultats de ces recherches et rencontres.