Quelle politique face à la pollution aux particules fines ?

Vendredi 20 juin 2014

Traduction anglaise d'un article de Korea Analysis n°2

Auteurs : Antoine Bondaz - Léonie Allard

Tags : Environnement - Corée - Chine - Changement climatique

La qualité de l’air en Corée du Sud est devenue, pour la population, une préoccupation importante. 51,8 % des habitants de Séoul considèrent la pollution atmosphérique comme le problème environnemental le plus important, et 68,3 % d’entre eux considèrent le niveau de la pollution atmosphérique « sérieux » . Cette pollution est due tant aux poussières de sable qu’aux particules fines, ces dernières s’étant multipliées avec le développement économique du pays, sa forte dépendance aux industries lourdes et l’augmentation rapide du nombre des véhicules automobiles, passé de 790 000 en 1983 à 18,8 millions en 2012. Cette pollution contraste en apparence avec la volonté de l’ancien gouvernement du président Lee Myung-bak de faire de la « croissance verte » le moteur de l’économie sud-coréenne. Depuis l’année dernière, un intérêt particulier est porté dans les médias sud-coréens, mais aussi au sein du gouvernement et de l’opinion publique, au « particules fines » ou « poussières fines ». À partir d’octobre, tous les médias ont publié des rapports détaillant les causes et tendances de fond, ainsi que les mesures nécessaires pour neutraliser ou atténuer les effets de ce « tueur silencieux ». Face à la prise de conscience tardive des autorités, une meilleure information de la population et une meilleure coopération avec les voisins de la Péninsule, et plus particulièrement la Chine, est indispensable.

 

Cet article est une version traduite de l'article d'Anna Chung, « Quelle politique face à la pollution aux particules fines ? » paru dans le deuxième numéro de Korea Analysis.

Anna Chung, edited by Antoine Bondaz and Léonie Allard
Translated article from Korea Analysis n°2
June 2014

GoRSS

S'inscrire à la Newsletter

S'inscrire
ESPACE utilisateur
Asia centre

Asia Centre Fondé en août 2005 par François Godement et une équipe de chercheurs et experts de l’Asie contemporaine, Asia Centre a pour objectif de conduire des recherches sur l’Asie contemporaine, d'organiser des débats et de valoriser, par des publications, les résultats de ces recherches et rencontres.