Comment interpréter le ralentissement de l’économie chinoise ?

Lundi 03 septembre 2012

Tags : Politiques économiques - Chine

Depuis plus de trente ans, la Chine connaît une croissance moyenne de quelque 10 %. Au point que le pays est devenu le 2e PNB mondial, le premier exportateur mondial (depuis 2009), représentant 11 % du commerce mondial et 25 % de la production mondiale. Mais, cela dit, ce bilan extérieur cache des vulnérabilités internes importantes ou grandissantes. Entre autres, les risques de bulle spéculative dans l’immobilier et dans les infrastructures, un système bancaire parallèle (près de la moitié du financement de l’économie privée), une politique d’investissements à tout va, la baisse de la production industrielle et de la demande intérieure, l’endettement mal connu des collectivités locales, la multiplication et la diversification des contestations sociales (droits de l’homme, liberté d’expression sur Internet, dissidence, militantisme, mais aussi jacqueries, révoltes ouvrières…), une culture de la corruption individuelle et collective. D’autres indicateurs doivent être pris en compte : inflation, monnaie, épargne, etc. Quelle vision globale privilégier ?

Imprimer la page

Facebook Twitter Delicious Linked in

Jean-François Di Meglio donne sa vision de la situation dans l'émission de Thierry Garçin « Enjeux internationaux » sur France Culture.

Ecouter l'émission sur le site de France Culture

GoRSS

S'inscrire à la Newsletter

S'inscrire
ESPACE utilisateur

Asia centre

Asia Centre Fondé en août 2005 par François Godement et une équipe de chercheurs et experts de l’Asie contemporaine, Asia Centre a pour objectif de conduire des recherches sur l’Asie contemporaine, d'organiser des débats et de valoriser, par des publications, les résultats de ces recherches et rencontres.